Le D/s 24/7 – Entre Fantasme et réalité – Partie II

disillusionment_by_davidsamson-d62n20q

La partie I de cet article est ici.

II – Le D/s 24/7, le fantasme borderline à l’épreuve de la réalité

Pour moi, le D/s 24/7 est un fantasme borderline. C’est un fantasme car c’est une idée excitante, qui fait envie et qui laisse beaucoup de place à l’imagination et à la surprise, et il est borderline car il est compliqué à mettre en place et à réaliser (mais pas inaccessible) et qu’il flirt avec des limites de risques et d’interdit.

Le D/s 24/7 tel qu’il est fantasmé correspond à celui qui le rêve. Il n’y a donc pas de définition parfaite de ce qu’est le D/s, cela dépend de ce que chacun considère comme étant sa limite, son envie et son plaisir

Mon fantasme D/s 24/7 c’est une relation fusionnelle, complice, dans laquelle mon Dom et moi nous comprenons dans un regard. Ce sont des ordres clairs, une structure précise, un collier, une communication à toute épreuve, des punitions justes, peu d’erreurs de ma part, aucune de la sienne, l’expression de son autorité en public, une marque de possession, des cordes, une communication constante, peu de liberté, un contrôle de très nombreux aspects de ma vie, aucun safeword.

Mais comme tout fantasme borderline, il est à l’épreuve de la réalité.

1 – Le fantasme D/s 24/7 à l’épreuve de la temporalité

Je vous ai cité les choses parfaites dans ma relation D/s 24/7 idéale. Aucune de ces choses ne me paraît irréalisable ou impossibles, certaines me paraissent compliquées, d’autres me semblent demander de la communication et de la négociation, mais je crois dur comme fer que c’est un fantasme réalisable. Dans le fantasme du D/s 24/7, la vraie difficulté n’est pas dans la liste des choses que l’on veut voir réalisées, dans les positions que l’on veut adopter, les mots que l’on veut entendre, non, la vraie difficulté est dans la durée. 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Une relation D/s 24/7 est un investissement permanent, ce n’est pas un jeu de rôle, pas une place prise par les partenaires dans le cadre de leurs relations sexuelles uniquement, pas une humeur, c’est un engagement quotidien de Domination et de soumission qui ne connaît pas d’exception. Je sais que c’est un fait qui fait grincer des dents, une idée qui fait lever les yeux au ciel. Pourtant ce n’est pas si étonnant ou improbable que cela. Votre frère est-il moins votre frère lorsque vous vous disputez avec lui ? Lorsque vous n’êtes pas à côté de lui ? Lorsque vous le voyez en présence de vos amis ou seul ou en présence de ses amis ?  Non, votre frère reste votre frère. La manifestation de votre fraternité peut être différente selon les occasions, mais il est votre frère 24/7. Notez que vous pouvez remplacer « frère » par « soeur » par « père » par « femme » par « mari » par « amant » ou « petite-amie ».
Ainsi, votre relation D/s peut revêtir des formes différentes selon l’occasion, la distance, les circonstances, cependant, la Domination et la soumission ne sont jamais altérées et les places ne sont jamais remises en question.

Adopter un mode de vie D/s 24/7 c’est donc accepter d’être TOUJOURS à sa place, en tout lieu, à toute heure.
2 – Le fantasme D/s 24/7 à l’épreuve de soi (et de l’autre)

Toutes ces choses sont réalisables, la plupart ne sont même pas logistiquement très compliquées à mettre en place, mais le borderline réside dans le fait que la réalisation de ce fantasme se joue sur la rencontre d’un partenaire convenable. L’impossibilité de trouver un Dom qui correspond en tous points à des critères aussi précis pour une durée supérieure à celle d’une scène est flagrante.

Les humeurs, la fatigue, la résistance naturelle à l’asservissement, la flemme, l’envie de faire autre chose ne sont pas des « excuses » pour sortir du 24/7.  Il n’y a pas de pause, pas de répit dans la soumission de l’un et dans la responsabilité de l’autre. Dans la soumission, il faut accepter de perdre en permanence une partie du contrôle que l’on a de sa vie, accepter de se plier à la volonté de quelqu’un d’autre pour ce qui concerne de nombreux aspects de son existence ; par exemple, accepter de perdre le contrôle de ce que l’on mange. Il n’est pas rare dans les relations D/s 24/7, que le Dominant choisisse le contenu des repas de son soumis.
Dans la Domination, il faut accepter d’avoir en permanence la responsabilité des aspects contrôlés, accepter de réfléchir toujours à soi ET à l’autre ; par exemple, si un Dominant prend le contrôle de ce que mange son soumis, outre le fait qu’il doit songer aux allergies, à l’équilibre des repas, aux goûts et plaisirs de l’autre, il ne doit surtout pas oublier qu’il contrôle cet aspect et ne pas laisser le soumis qui a l’habitude de ne pas faire de choix dans ce domaine croire que son Dominant l’a oublié, générant un sentiment d’abandon très fort.

Cela peut paraître impossible à certains, difficile pour d’autres et complètement naturel pour d’autres encore. Le fantasme du D/s 24/7 est à l’épreuve de ce que l’on est prêt à (aban)donner de soi. Se lancer dans le 24/7 en tant que soumis c’est s’interroger : quel degré de contrôle suis-je prêt à donner de manière permanente ? A quelles exigences suis-je prêt à me plier ? Qu’est-ce que je n’accepterai jamais, quelles sont mes limites ? et finalement, lorsque les limites sont posées : Suis-je prêt à vivre ainsi 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ?
Un Dominant pourra se demander : quels aspects voudrais-je contrôler ? Quelles règles est-ce que je veux voir respectées ? De quoi suis-je prêt à prendre la responsabilité ? Quelles libertés je souhaite laisser à mon sub ? Quelles libertés je souhaite lui retirer ? et finalement : suis-je prêt à prendre la responsabilité de vivre et faire vivre ainsi quelqu’un 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ?

C’est une introspection obligatoire, elle n’est pas forcément nécessaire au début d’une relation D/s sporadique, elle n’est pas forcément unique – on peut toujours revenir sur sa décision initiale mais il faut le communiquer à son partenaire – elle n’a pas besoin d’être figée dans le marbre, elle peut-être légère puis de plus en plus profonde, mais elle arrivera forcément à un moment dans la relation 24/7, ne serait-ce que dans le cadre d’une explication des règles et de leur négociation.

Mon objectif n’est évidemment pas de faire peur, cependant, il me semble important de rappeler que l’on peut tout à fait fantasmer une situation et réaliser qu’elle n’est pas du tout adaptée à soi. Il est par contre parfaitement injuste d’embarquer avec soi quelqu’un dans un fantasme 24/7 mais de ne pas être capable d’adopter l’intégralité des responsabilités et des obligations que cela comporte vis à vis de l’autre. Une relation ça se construit à deux (ou plus), ça comprend d’autres que soi, c’est parfaitement égoïste de prétendre vouloir vivre quelque chose quand on ne fait que le fantasmer.

3 – Le fantasme D/s 24/7 à l’épreuve des autres

Le D/s 24/7 c’est une relation qui peut parfois avoir un goût d’ostracisme selon que l’on est entouré de gens qui nous comprennent ou pas.

Tout d’abord, il y a le plus simple, les amis. Les amis froncent les sourcils, discutent entre eux de « c’est bizarre Gertrude j’ai l’impression qu’elle fait tout ce que Lancelot lui demande de faire » ou « Lancelot c’est quand même un mec pas très cool, il dit jamais s’il te plaît ni merci à Gertrude alors qu’il le dit à tous les autres. » et, un jour, lors d’une soirée, quelqu’un se permet une réflexion face à Lancelot et Gertrude « Tu sais, Gertrude, ce n’est pas parce qu’il le demande que tu dois le faire hein !  » ou « Dis donc Gertrude, tu veux que je te prête quelques livres sur le féminisme ? » ou « Eh ! Lancelot, tu lui parles mieux à Gertrude ou on s’bat ? »  (bon ok, celui là c’est après 5 ou 6 vodka). Les amis, on leur explique, si on est très proche d’eux on peut même leur donner des détails. La plupart de vos amis ne sont pas vos amis pour rien et accepteront sans souci. Certains seront sceptiques mais ne feront pas plus de commentaires. Peut-être que d’autres trouveront ça horrible et ne vous adresseront plus jamais la parole. Et alors ?

Ensuite, il y a la famille. La famille c’est un peu comme les amis, sauf que s’ils sont fâchés c’est un peu plus embêtant (pour l’héritage, les cadeaux de Noël et les billets de Mamie, admettez, ça fait chier). Quand la famille s’inquiète c’est très dur de la rassurer, la famille c’est sur la défensive, ça défend son clan. La plupart des D/s 24/7 ne partagent pas cela avec leur famille et tout le monde joue un rôle de « JE SUIS TOUT A FAIT CLASSIQUE COMME PERSONNE JE NE VOIS PAS DE QUOI VOUS VOULEZ PARLER » 2 fois par an pour faire plaisir à Maman.

Dans la famille, mais plus compliqué encore car on les voit plus souvent, ce sont les enfants. Vous avez des enfants et vous voulez faire du D/s 24/7, c’est possible. C’est dur mais c’est possible. Il va falloir être pédagogue, il va falloir expliquer à votre enfant que le modèle de votre couple avec Papa ou Maman ce n’est pas le même pour tout le monde et que ce n’est pas nécessairement une référence (combien d’entre nous peuvent se vanter d’avoir des parents qui sont une « référence » en terme de couple ? … C’est bien ce que je me disais.). Il va falloir présenter d’autres modèles de couples à vos enfants, et insister sur une éducation par l’apprentissage de consentement (je peux ne pas dire merci à Maman parce qu’elle est d’accord pour cela, toi tu dois dire merci à Maman, pour toi c’est Maman qui décide). Certains cachent tout simplement le D/s face aux enfants. Je ne suis pas ici pour vous expliquer comment éduquer vos mômes, je pense personnellement que ce n’est pas l’idée du siècle, mais chacun vit son truc comme il veut.

Finalement, il y a les médecins. Coups de ceinture et de fouet, marque de strangulation autour du cou, marques de morsures, bleus sur les poignets, les fesses, le ventre… si votre médecin constate cela sans que vous ne lui disiez quoi que ce soit, il est obligé de faire un rapport de suspicion de violences conjugales. Sachez que la violence conjugale a EXACTEMENT les mêmes critères dans une relation que le D/s à l’exception prêt qu’il y a consentement dans un cas et pas dans l’autre (cf tableau ci-dessous).

Toutes les activités décrites peuvent exister de manière consenties dans une relation D/s
Toutes les activités décrites peuvent exister de manière consenties dans une relation D/s

La meilleure chose à faire est de prévenir votre médecin AVANT qu’il ne constate les marques. Expliquez calmement votre relation, quitte à utiliser des mots que nous n’aimons pas beaucoup dans la communauté comme « c’est un jeu » « role play » etc… Rassurez votre médecin sur le consentement présent et votre état psychologique. Comme je l’ai déjà dit, une persone victime de violence conjugale n’utilisera pas l’argument de la Domination/soumission ou du Sadomasochisme car cela implique son(a) conjoint(e) comme acteur de la violence, et ce n’est pas ce que veut une victime. La victime pense d’ailleurs que c’est souvent de sa faute.

Rendre le fantasme D/s 24/7 réel c’est prendre conscience que c’est un mode de vie qui ne sera pas forcément accepté et qui peut entraîner des déconvenues avec le reste du monde. Il va falloir partir du principe que les gens ne comprennent pas tout de suite et que, si vous n’êtes pas prêt à faire preuve de trésors de pédagogie (pour expliquer calmement votre façon de vivre) ou de détachement (en en ayant tout simplement rien à cirer de ce que pensent les autres), il va probablement falloir vous cacher et/ou faire très attention lorsque votre relation est au contact des autres. Ce n’est pas quelque chose de facile, du tout. Ca m’a personnellement fait beaucoup de mal au début de devoir me retenir d’être moi en présence de mon Dominant et d’autres personnes. Et je sais que jamais je n’en parlerai à ma famille. C’est une des raisons qui m’ont poussée à vouloir éduquer sur le sujet.

4 – Le fantasme D/s 24/7 à l’épreuve de la vie

En anglais il y a une expression que j’adore qui dit “Life gets in the way” littéralement “La vie se met en travers de ta route”. Cette expression résume parfaitement un grand nombre de situations qui trouvent leur explication dans “Meh… La vie.”.  Dans le D/s 24/7, la vie aime se mettre en travers de la route. La famille, le travail, les études, les maladies physiques et mentales, les enfants, les autres… Tous ces facteurs qui sont flous et qui correspondent à “la vie” viennent fatalement perturber le déroulement d’un lifestyle aussi structuré, aussi inhabituel, aussi inconnu. Car si, effectivement, je conçois l’argument de dire “oui, enfin, Diabalzane, ma grande, ça perturbe aussi le déroulement d’un couple vanille”, je me dois de vous suggérer d’essayer d’appeler votre partenaire “Maître” devant vos parents pour voir ce que ça fait (je veux bien que vous filmiez et m’envoyiez le prank en DM :3).
Dans ces situations, la relation va probablement changer de forme, certaines habitudes peuvent être modifiées, certaines erreurs excusées car le Dominant ou le soumis va soutenir l’autre dans son épreuve (en cas de décès, de perte d’emploi, de maladie par exemple). Cela peut aussi comprendre des adaptations à certains événements plus joyeux (une grossesse désirée), la relation va s’adapter par la communication et la renégociation de certains aspects de la relations prenant en compte la situation. 

Cela ne change en rien le fait que la structure de la relation reste la même (et que la situation ne peut durer éternellement), mais s’investir dans une relation 24/7, c’est avoir conscience que le fantasme peut parfois se heurter à la vie. 

Ainsi, maintenir religieusement une place de soumis ou de Dominant dans une relation D/s et ce 24/7, va au delà de la motivation de le faire, il faut être prêt être bousculé par la fatalité et donc à communiquer avec son partenaire sur le meilleur moyen de faire face tout en gardant la dynamique active. 

-Fin de la Partie II –

Le fantasme et la réalité peuvent se heurter et modifier l’image idyllique que l’on se fait du D/s. Mais quid de ceux qui ne s’en font pas une image idyllique ? Quid des préjugés et des sens communs qui habitent l’esprit des gens qui font que le D/s 24/7 est aussi à l’épreuve des autres et de leurs idées reçues ? Je développe cela dans la partie III !