Le D/s 24/7 – Entre Fantasme et Réalité – Partie III

54640fcd6d46c3ea5b9e3889647b862c

Cet article aura une forme moins académique (comme si le reste de mon contenu avait une qualité universitaire…). Je vais juste répondre à ce que vous me dites le plus souvent au sujet du D/s 24/7 et ce avec des GIF de Kaamelott pour ça vous paraisse moins lourd.
Il est temps de briser des mythes maintenant que vous avez toutes les clés pour comprendre avec la Partie I et la Partie II .

24/7 ? Mais tu n’es pas tout le temps avec ton Dom, vous n’habitez pas ensemble, c’est pas vraiment 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 !

J’aimerais savoir ce que votre moitié pense de ça tient ! Quand vous n’êtes pas ensemble, votre relation cesse-t-elle d’exister ? Bien sûr que non !
D’abord, il y a la technologie, communiquer par texto, appels, réseaux sociaux c’est tellement simple aujourd’hui.
Ensuite, la soumission c’est un sacerdoce. Peu importe que le Dominant ne soit pas à proximité dans une relation 24/7, le soumis travaille toujours, en permanence, à être la meilleure version de lui-même pour rendre fier son Dominant.
Finalement, 24/7 cela signifie que le soumis est toujours à la disposition de son Dom si celui-ci le désire, et le Dom est toujours là pour son soumis si ce dernier en a besoin.
Non, le D/s 24/7 ne s’interrompt pas quand l’autre est absent, et personne n’est « soulagé » ou « content » que l’autre soit absent pour être enfin « tranquille » ou « libre ».

Mais du coup vous ne rigolez jamais et vous n’êtes pas affectueux l’un avec l’autre ?

J’aimerais bien comprendre d’où vient l’idée que parce qu’une relation est D/s elle n’a AUCUNE composante vanille ! La relation D/s 24/7 c’est une relation vanille dans laquelle on rajoute une composante de Domination/soumission. Mais la relation D/s part d’une amitié très forte, d’une complicité importante et d’une confiance à toute épreuve. Personnellement je ne laisserais pas un parfait inconnu me Dominer tous les jours, je ne vouerai pas une adoration et un Amour sans faille à une personne avec laquelle je ne me sens pas bien au quotidien, avec laquelle je ne peux pas me marrer, matter des films en mangeant des bonbons et jouer à des jeux vidéo en inventant des voix aux personnages.
De plus, dans toutes les relations BDSM, il y a une composante extrêmement importante qui s’appelle l' »aftercare » qui correspond au moment où le Dominant prend soin très tendrement du soumis pour le rassurer sur le fait que tout va bien, pour le soigner, lui donner à boire et le laisser se reposer (ou éventuellement le laisser un peu seul si celui-ci le désire).
En tous cas, D/s et amitié/amour ne sont clairement pas incompatibles, au contraire, cela me semble être presque un pré-requis, mais je ne connais pas toutes les relations D/s 24/7, je parle de mon expérience.

Si le Dom se trompe ou fait une erreur, ça gâche le mythe non ?

S’engager dans une relation D/s c’est accepter de s’engager auprès d’un autre être humain. Un être humain fait des erreurs, l’important c’est de communiquer au sujet de ces erreurs. Un bon Dominant admet les erreurs qu’il a commises, et en discute avec son sub pour savoir comment ce dernier ce sent à propos d’elles. La relation de confiance n’en est qu’améliorée et il n’y a pas de raison pour que de l’image que le sub se fait de son Maître soit écornée. Ce qu’il y a d’assez agréable pour moi dans une relation D/s c’est justement le fait de ne pas s’attendre à ce que l’autre soit parfait, mais de savoir avec certitude qu’il fera tout pour donner le meilleur de lui-même.

Un Dominant est une personne avec un égo sur-dimensionné.

On croit communément que, dans le D/s, c’est le sub qui doit abandonner son ego pour pouvoir se placer et se considérer en dessous d’une autre personne et ne pas subir des séquelles psychologiques de l’humiliation. C’est vrai, le sub doit vraiment laisser de côté une grande part de sa fierté et de son ego, il n’est pas rare que le sub n’ait pas le droit d’émettre de jugement négatif sur lui-même car c’est un privilège réservé à son Dominant (et que ça permet au sub d’avoir un regard plus positif sur lui-même). Mais cela ne signifie pas que le Dominant ne doit pas laisser de côté son ego aussi.
Le rôle d’un Dominant dans le D/s 24/7 dépend des protagonistes, évidemment, le Dominant peut prendre différents rôles (Dominant, Maître, Pet Owner, Sadique, Daddy… je ferai un article là dessus bientôt) et les assumer de différentes manières (Structuration, infliction de douleur, protection, éducation…), aucun de ces rôles ne comprend que le Dominant se fasse passer avant son sub. C’est le sub qui fait passer son Dominant avant lui-même, le Dominant l’y amène par un ensemble de règles et de protocoles, mais quand le Dominant interagit avec son sub il ne pense pas à lui en premier mais à la responsabilité de son sub.
C’est une chose peut-être un peu compliquée à comprendre et qui se précisera sans doute au fil de mes écrits, je ferai peut-être un article sur l’ego dans le D/s. Toujours est-il, en un mot comme en cent, il est faux d’affirmer qu’un Dominant a un ego sur-dimensionné. Le Dominant doit s’améliorer, se contrôler, éduquer, il a des rôles et des ambitions qui sont incompatibles avec un ego trop fort.

Mais du coup comment tu fais pour devenir une femme libre en t’aliénant aux décisions de quelqu’un d’autre ?

Le schéma est simple (et ne s’applique qu’à moi, si vous vous y reconnaissez, vous savez ce qu’il vous reste à faire, sinon, laissez tomber !)

Je suis une fille qui a de gros problèmes de confiance en elle. J’affiche une confiance d’apparat à l’extérieur, mais j’ai une piètre opinion de moi-même. Ce n’est pas pour ça que je me sens soumise, ce n’est pas ce qui fait de moi une soumise. Je parlerai plus amplement à l’occasion de ce que la soumission représente pour moi, mais ici je peux déjà dire que la soumission m’offre l’opportunité de m’améliorer auprès d’un Dominant qui estime qu’il ne me demande jamais quelque chose qui est en dehors de mes capacités, qui me montre quand il est fier de moi et qui m’aide à travailler sur de nombreux défauts qui me pourrissent la vie. La soumission c’est m’aliéner à quelqu’un qui ne doute pas de moi alors que je doute de moi-même à chaque seconde. C’est estimer que son avis, sa parole, sa fierté est plus importante que mon avis sur moi-même. Ainsi, il me donne confiance en moi en ayant lui-même confiance en moi.
Le fait que, dans une relation D/s, le Dominant prenne en charge de nombreux aspects structurels de la relation, entraîne un certain confort pour le sub qui va pouvoir s’épanouir sans se soucier de prendre les choses en main. Ca libère l’esprit de pas mal de contraintes et cela permet de se concentrer sur les choses importantes pour soi, de se débarrasser de nombreuses angoisses etc… Pour moi, la prise de décision dans la relation par le Dominant est la récompense de la servitude du soumis.

Est-ce que vous faites des « pauses » parfois pour souffler un peu de la relation D/s pour avoir une relation plus normale ? 

Elle est assez incongrue cette histoire de pause ! A chaque fois qu’on me l’a soumet, j’ai l’impression que c’est parce que deux données fondamentales ne se sont pas imprimées : le D/s 24/7 n’est pas un jeu de rôle ET ce n’est pas éprouvant pour quelqu’un qui veut y être.
Ne vous méprenez pas, je comprends cette idée. On vous a rabattu les oreilles avec les histoires de safeword et de danger etc… Mais quand on interrompt un danger, on interrompt pas toute la relation, on interrompt pas toute la dynamique de pouvoir qui est en place.

Les protagonistes d’une relation D/s 24/7 y sont parce qu’ils ont envie d’y être. Ce n’est pas une « activité », c’est une relation. Le Dominant et le sub ont une vie, ils ont des familles, des amis, ils dorment, prennent des douches, ont des  passions, pratiquent des activités etc… C’est un statut, quelque chose de constant et de cohérent  taillé sur mesure qui n’a pas besoin d’être mis en pause sauf si l’un des protagonistes (ou les deux) se rend compte qu’il n’a plus envie de cette dynamique et voudrait tester la relation vanille (et ce n’est pas sûr que l’autre accepte).

Je n’ai pas ENVIE d’être à égalité de pouvoir avec mon Dominant, ça ne m’intéresse pas. Je n’ai pas besoin de faire une « pause » pour dire « POUCE ! Là on va revenir à 50/50 en terme de balance des pouvoirs parce que je veux prendre la décision pour ceci et cela et que aujourd’hui j’ai envie de faire ce que je veux ». Ce ne sont pas des envies que j’ai, et il est nécessaire pour que la relation soit équilibrée que je ne le fasse pas. Parce que je sais pertinemment que si mon Dominant m’appelait un jour pour me dire « Au fait, aujourd’hui j’ai pas envie de te Dominer, donc bah fait ce que tu veux, je m’en fiche ! Bonne journée ! » je me sentirais perdue et je pense que j’aurais un réel sentiment d’abandon.

Poulala ça a l’air super compliqué ! Pourquoi vouloir se prendre le chou comme ça et se compliquer la vie ?! Sois juste toi-même ! Si tu faisais autant d’efforts dans une relation vanille ça se passerait bien aussi ! 

Je ne suis jamais autant moi-même que dans ma soumission. Et je ne suis jamais aussi proche que de qui je souhaite être.
Le D/s pour moi n’est pas une contrainte, ce n’est pas un mode de vie dans lequel je me lance à contre coeur. J’ai envie, j’ai besoin, d’appartenir à un Dominant. Ce n’est pas « olala la planète va mal, bon, allez, je vais faire l’effort de prendre des douches moins longues même si c’est un peu chiant ».

Oui, je dois faire des efforts, mais ces efforts ne me coûtent rien, ils m’apportent quelque chose. Je me sens mieux d’avoir fait ces efforts et j’en récolte les fruits chaque fois. Si je faisais autant d’efforts dans une relation vanille, ils me coûteraient parce que je n’aurais pas envie de faire ces efforts pour un partenaire qui ne m’apporte pas ce dont j’ai besoin.

La Domination et la soumission ce n’est pas quelque chose de difficile quand on pratique le D/s 24/7 et qu’on a négocié ce dont on a envie. Ce qui est difficile ce sont les trucs vanille justement, communiquer, se comprendre, dire ce que l’on pense vraiment, poser des questions parfois gênantes. Tout le reste, c’est ce que l’on souhaite. Je veux être dominée, c’est la personne que je suis, pourquoi irais-je à l’encontre de cela pour que ma relation ne vous semble pas trop compliquée ? C’est à vous que ça prend le chou. Moi ça va, merci de l’inquiétude 😉

Mais du coup, si tu en as marre et que tu veux plus être avec ton Dominant, comment tu fais ? 

« Bonjour, on peut discuter de quelque chose s’il te plaît ? »
« Oui ? »
« Je ne me sens plus à l’aise dans cette relation, j’ai beaucoup réfléchi ces derniers temps et je pense que c’est quelque chose qui ne me convient pas. Je sais qu’on a déjà parlé des ajustements qu’on devait faire, mais malgré leur mise en place je ne trouve pas que cela me rend heureuse. J’aimerais qu’on arrête. »
« Je vois, on en discute tranquillement autour d’un verre ? »
« Ca marche, RDV à 18h »

J’espère avoir répondu à la question…

Mais du coup si t’es soumise, je peux te demander de faire des trucs et tu dois le faire !

Pouhahahaha. Essaie donc pour voir…