Mon Daddy et moi

cuddling-dog-cat

Mon Dom est beaucoup de choses pour moi. J’ai eu la chance extraordinaire de rencontrer quelqu’un qui correspond à chacune des facettes de ma personnalité. Il est aussi mon Daddy.

Le D/s est une dynamique protéiforme, cette dynamique peut présenter une myriade de facettes. J’ai déjà fait un article sur les facettes qui nous concernent, je vais me concentrer ici sur la partie Daddy/little girl.

Le CG/l, DD/lg et l’Age Play

CG/l = Care Giver / little

C’est une branche de la Domination/soumission qui implique que le Dominant prenne un rôle de “donneur d’attention” alors que le soumis prend un rôle de “petite chose” en besoin d’attention.
MAIS, ce n’est pas toujours le cas, parfois c’est le bottom (opposé au top) qui est care giver. C’est très rare mais ça arrive.

 

DD/lg = Daddy Dom/ little girl

 

C’est une branche du CGl qui implique que le Dominant agisse comme un “Daddy Dom” (un Papa Dominant littéralement, mais rares sont ceux qui disent “Papa” en français, ça reste Daddy la plupart du temps) et que la soumise agisse comme une petite fille (régression d’âge).

La régression d’âge est rarement permanent, une little girl n’adopte presque jamais l’attitude de petite fille à long terme, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Tout simplement parce que la little girl est une adulte avant tout.

 

La little girl adopte une attitude générale tournée vers l’innocence, l’enfance et ses merveilles. La little girl abandonne son statut d’adulte par période parce qu’elle a confiance en son Daddy Dom pour la protéger et prendre soin d’elle dans ces moments là.


Certaines personne pousse le lifestyle en 24/7, mais dans ce cas il est rare qu’il y ait une régression d’âge permanente. Ce lifestyle se manifeste par l’univers général dans lequel évolue la little (des couleurs de l’enfance, une chambre pleine de peluches, des activités ludiques d’enfant comme le coloriage, regarder des dessins animés, lire des contes, un style vestimentaire etc.), dans les règles qui sont placées dans cet univers (horaires pour se coucher/ se lever / faire des activités, choix des vêtements par le Daddy,  liste de tâches adaptées à une petite fille, interdiction de dire des gros mots), dans les punitions pour contrevenir à ces règles (être mise au coin, être privée de goûter, devoir se laver la langue avec du savon, être privée d’une sortie avec des copines etc.). Dans ce cadre, la little girl peut parfois être en état de régression d’âge (agir comme une petite fille de 7 ans par exemple) ou pas du tout (parler normalement, agir normalement mais être quand même toujours soumise à ces règles, à ces punitions et toujours vivre dans cet univers).

 

L’Age Play

L’Age Play est un kink BDSM, un jeu de rôle, où les protagonistes agissent et se mettent dans la peau d’une personne d’un âge différent pour le fun, l’excitation sexuelle etc. L’Age Play peut être dans la progression ou dans la régression. Une personne de 25 ans qui agit comme “le patron de 50 ans qui punit sa vilaine employée” fait de l’age play. Une personne de 25 ans qui agit comme une étudiante de 17 ans qui se fait punir par son professeur de mathématique de 40 pour ses mauvaises notes, c’est de l’Age Play.

 

La différence entre l’Age Play et le DD/lg c’est que le Daddy ne joue pas un “rôle” de Papa de 40 ans qui s’occupe de sa petite fille. Il est un Daddy de son âge réel.
De même la little girl ne joue pas le “rôle” d’une petite fille de 6 ans. Elle agit en tant que femme de 25 ans comme une personne tournée vers le monde merveilleux de l’enfance et la douceur de la protection de son Daddy.

 

Le DD/lg et la pédophilie.

La pédophilie c’est l’attirance sexuelle envers les enfants. Avoir du désir pour une femme de 25 ans qui agit, parle et s’habille comme une petite fille tout en SACHANT qu’elle a 25 ans, ce n’est pas de la pédophilie.
Je ne vais pas m’étendre sur le sujet pour faire de la psychologie de comptoir, mais non, ce n’est révélateur de rien que d’être attiré(e) pour les femmes ou les hommes dans un certains “rôle” à partir du moment où l’on sait que la personne est en âge de consentir à tout.

 

Suis-je une little ?

 

Oui.

Indéniablement, j’en suis une. Parfois, j’ai un besoin de détachement de la réalité. J’ai besoin de me replonger dans l’enfance. J’ai besoin de me faire le cadeau d’un peu d’innocence.

J’insiste sur la notion de “besoin”. C’est dur pour moi de retenir cette envie d’être dans ce monde de l’enfance, ça me démange parfois et ça me fait de la peine quand mon partenaire n’y est pas réceptif.

Quand j’avais une vingtaine d’année, mon petit ami m’avait violemment remise à ma place alors que je buvais mon chocolat chaud comme une petite fille (les doigts écartés, les yeux qui louchent, le lait qui déborde etc…) en m’expliquant que j’étais une adulte et que c’était dérangeant que j’agisse comme ça, que si j’espérais avoir l’air mignonne c’était raté, j’avais juste l’air débile. J’avais retenu mes larmes et je n’avais plus jamais adopté aucune attitude enfantine en sa présence.

 

Sauf que moi, je ne faisais pas ça pour être mignonne, je faisais ça sans m’en rendre compte et parce que j’en avais envie, besoin. Quand je suis seule je fais souvent des choses qui sont associées à l’enfance, je fais parler mes peluches, je mange avec mes doigts, je me frotte les yeux avec mes poings, j’invente des chansons avec des paroles très enfantines (“ma maman c’est la plus joulie des mamans et je l’aime avec tout mon petit coeeeur” pour vous donner une idée…), je ne fais pas ça pour le spectacle, pour être mignonne ou adorable, je fais ça parce que ça me plaît, que c’est qui je suis, que j’en ai envie. Et j’en ai eu honte pendant des années à cause de mon crétin de petit ami (qui s’est avéré être un bon pervers narcissique par la suite, d’ailleurs), j’ai pensé que c’était quelque chose que je n’avais pas le droit de faire face à quelqu’un d’autre parce que j’étais une adulte et que c’est bizarre et dérangeant qu’une adulte agisse comme ça.

J’ai donc été libérée de cela, par mon Dom.



Mon Dom est-il un Daddy ?

Oui.
Il aime prendre soin d’une little, lui éviter des mésaventures, la câliner, lui offrir des bonbons, lui proposer de regarder des dessins animés, lui préparer un chocolat chaud, lui mettre un plaid sur le dos quand elle a froid, lui raconter des histoires pour l’endormir, la réveiller quand elle fait des cauchemars, froncer les sourcils quand elle dit des gros mots.


Il aime être plus indulgent, plus doux, moins autoritaire et plus protecteur.

Il aime voir que sa little est en sécurité et est heureuse, il aime prendre la responsabilité de la mettre à l’aise et d’être à son écoute.


La place du DD/lg dans ma relation D/s

Je dirai que c’est la deuxième facette la plus importante de ma relation D/s, je pense qu’elle prend environ 20 % du temps.
J’ai l’impression que cette facette ne peut être déclenchée que par moi. C’est des moments où je fais appel au Daddy Dom et non l’inverse. Il ne me semble pas avoir déjà vécu un moment où mon Dom se met à agir comme un Daddy et cela déclenche chez moi l’apparition de la little.

Les moments DD/lg sont des moments privilégiés, rassurants et infiniment heureux pour moi. Je ne vois pas ma relation sans cette part de moi.

Je ne régresse pas forcément en âge lors de mes phases little. Je suis souvent simplement de très bonne humeur ou au contraire plutôt fatiguée. J’aime les histoires du soir, les câlins, les attentions et le fait que, la plupart du temps, on peut faire une activité que j’aime, ensemble. Il parle avec douceur, m’écoute tranquillement, caresse mes cheveux…