This War of Mine : le jeu qui m’a bouleversée

maxresdefault

J’ai commencé à jouer à This War of Mine par hasard.

J’aime les jeux de survie et de gestion mais en réalité très peu de jeux me plaisent réellement dans ce domaine. Il me manque toujours un petit quelque chose sur lequel je ne mets jamais le doigts. En jouant à This War of Mine j’ai enfin compris ce qu’il manquait à ces jeux : une raison de survivre.

This War of Mine: The Little Ones_20160128175750
La plupart des jeux de survie sont construits ainsi : vous êtes seul, dans un environnement hostile et vous devez tout reconstruire à partir de rien et survivre en attendant… des secours ? La mort ?

Eh bien dans This War of Mine il ne faut pas survivre, on vous donne la responsabilité d’un groupe d’individus, individus que vous n’auriez pas forcément pris dans votre groupe pour échapper à l’apocalypse. Je tiens à préciser qu’à l’époque où j’ai lancé le jeu pour la première fois, je n’avais aucune idée du contexte dans lequel il se plaçait.

Comme dessiné à l’encre de Chine, très sombre et très froid, le jeu ne s’embarrasse pas d’interfaces compliquées et de statistiques à donner ou d’augmentations à obtenir, vous n’êtes pas au centre de l’intrigue, ils le sont.
Ils sont au beau milieu de la guerre, démunis, apeurés, déprimés et désespérés. Ils sont ce qu’ils sont, avec leurs qualités et leurs défauts. Ils ne doivent pas mourir parce qu’alors votre coeur se briserait.

2512f84dc692f54c8a5bf936ecaa4165d8d6b852

Je ne pensais pas un jour ressentir autant d’empathie que pour ces paumés rassemblés par hasard. J’ai souffert chaque seconde avec eux, me suis inquiétée lorsque l’un d’entre eux tombait malade, me suis sentie trahie lorsqu’un autre fuyait avec la moitié de nos réserves de nourriture, j’ai eu froid avec eux, faim avec eux, et j’avais envie d’être projetée dans ce jeu pour les rassurer et les réconforter alors que l’hiver arrivait et que je craignais pour l’isolation de l’abri. Et j’ai eu tant de remords lorsque l’un d’entre eux, épuisé, affamé, assoiffé, mourrait dans l’impuissance générale.

Tout est formidablement orchestré, gameplay, graphismes, ambiance. Même cette idée hardcore de ne pouvoir rien sauvegarder, de ne jamais pouvoir revenir en arrière, cette idée que, pendant la guerre, la vraie, la mort est définitive.

 

Et puis comme chaque fois qu’un jeu me plaît vraiment, je me renseigne. Je suis allée voir le site du jeu et j’ai appris que j’avais vécu un infime aperçu de ce qu’avait pu être la vie de ces abandonnés de la guerre civile à Sarajevo, ces gens qui n’avaient pu ou voulu quitter la ville alors qu’elle était assiégée. Et alors même que le jeu m’avait touchée, comprendre l’histoire m’a bouleversée, This War of Mine est un chef d’Oeuvre et, de loin, le jeu dont je garde le souvenir le plus vif.

modern-world-longest-siege-siege-of-sarajevo-half-day-tour-in-sarajevo-250796
This War of Mine est disponible sur Steam 

Son extension « The little ones » ajoute des enfants. Je n’y ai pas joué mais je pense que cela rend l’aventure plus dure encore.